Maisons à coté des Lignes à haute Tension : faut il avoir peur ?

ligne à haute tension maison

Faut-il avoir peur des lignes à haute Tension ? L’idée circule que les lignes à haute tension sont dangereuses pour la santé. Pour l’instant, aucune étude n’est parvenue à trancher.

Les Soviétiques ont tiré l‘alarme en 1960, en affirmant que les champs électriques et magnétiques tries basse fréquence, entre 50 et 60 hertz, pourraient avoir des effets nocifs sur la santé. Accusés successifs : les lignes à haute tension, les fours à micro-ondes et maintenant les téléphones portables.

Un dossier qui a suscité de Violentes polémiques où le doute scientifique le dispute au fantasme. Fantasmes, c’est certain en ce qui concerne le four à micro-ondes et le téléphone portable. Sinon pourquoi ne pas écarter les sèche-cheveux et les couvertures chauffantes qui émettent les mêmes rayonnements électromagnétiques ?

Pas de problème non plus avec le téléphone, si ce n’est que les téléphones numériques peuvent parfois dérégler les stimulateurs cardiaques.

La polémique est engagée aux Etats-Unis depuis 1989, depuis le jour où un journaliste révéla les cas de quatre personnes atteintes de tumeurs au cerveau pour lesquelles le seul facteur de risque potentiel était une station électrique.

En 1993, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a décidé de reprendre le dossier depuis le début. Ses conclusions sont prudentes : dans l‘état actuel des connaissances épidémiologiques.

il y a très peu d‘arguments pour relier une exposition résidentielle aux champs magnétiques à l‘apparition de cancers chez l‘adulte. Mais il y a des possibilités de leucémies chez l‘enfant.

On ne peut totalement exclure l‘effet d‘une exposition professionnelle sur l‘apparition de leucémies ou de tumeurs du cerveau chez l‘adulte.

Des conclusions qui rejoignaient celles de l‘Agence pour la protection de l‘environnement américaine.

La polémique continue

Pourquoi ces doutes ? Certains résultats sont incohérents : par exemple, les soudeurs qui sont les plus exposés n‘ont pas plus de leucémies que les autres travailleurs. Les études sont-elles biaisées ?

Pour établir des corrélations sérieuses, outre une méthodologie rigoureuse, il faudrait que les associations entre la présence de champs magnétiques et l‘apparition de maladies très spécifiques soient suffisamment évidentes pour établir un lien causal. Or, on trouve des cancers n‘ayant pas de caractéristiques biologiques communes.

En laboratoire, les champs magnétiques induisent des perturbations dans les échanges cellulaires, qui pourraient être impliquées dans la cancérogenèse au niveau cellulaire.

Mais, jusqu’à présent, aucune expérimentation animale n’a pu induire quel que cancer que ce soit.

Bref, la polémique n’est pas près de s’éteindre. Elle est d’ailleurs relancée par un avocat britannique qui a attaque la compagnie d’électricité, accusant les champs électromagnétiques d’avoir provoqué, en l’espace de 18 mois, des tumeurs cérébrales très rares chez 4 Gallois vivant à moins de 200 mètres de lignes à haute tension.

Une étude américaine de l’université de Caroline du Nord, menée sur 36 années auprès de 140 000 employés de 5 centrales électriques, a mis en évidence l44 cancers du cerveau_ soit deux fois plus que la moyenne.

Mais les auteurs précisent qu’ils n‘ont pu établir de lien direct entre la fréquence de ces affections et les rayonnements magnétiques. Retour à la case départ ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *